Camées

Piécette
ou
fable
courte
et de peu

— Bonjour, madame, monsieur, que puis-je pour votre service ?

— Bonjour, monsieur, nous venons pour un cerveau.

— Bien sûr, venez par ici. Ce sera pour monsieur, ou pour madame ?

— Ah bon, il y a une différence ?

— Mais certainement, monsieur, et elle est de taille.

— Tiens donc.

— Oui, une différence de volume, si vous préférez. Le cerveau pour les messieurs est généralement plus gros que celui pour les dames.

— Ah bon.

— Mais, c’est pour quel usage ?

— Le blog.

— Le blogue seulement ?

— Le blog, et tout le reste.

(la femme : « Bon, et bien je vous laisse. Au revoir monsieur, au plaisir. » le vendeur : « Madame… »)

— Voilà. Mais en fait, tout dépend du chaussant de votre crâne. Voulez-vous que nous procédions à une étude volumétrique de celui-ci, afin de le mesurer ?

— Oh, non merci, enfin pas tout de suite. Je me situe généralement dans la moyenne, concernant le reste des organes, mais j’aimerais d’abord avoir un aperçu de votre collection, si je puis dire, pour me faire une idée, et celle des cerveaux, neufs, de préférence !

— Ah, mais cela n’existe plus, monsieur, depuis plus de trente ans.

— Non… Pas possible…

— Mais si, monsieur, nous faisons désormais exclusivement dans le recyclé. Un recyclé de qualité, bien entendu. Remis en l’état, expertisé et certifié par nos soins, je vous rassure. Vous allez d’ailleurs pouvoir constater par vous-même, on s’y tromperait.

— C’est bien ce que je crains.

— Non, non non non non. Suivez-moi donc, je vous prie. Je vais vous montrer ce que nous faisons de mieux en la matière. Nous avons un cabinet particulier pour présenter les modèles haut de gamme.

— Haut de gamme, comme vous dites, certes, mais c’est tout de même du recyclé.

— Pardonnez ma franchise, monsieur, mais si vous vouliez vraiment du neuf, il fallait le concevoir par vos propres moyens, avec toute la marge d’erreur que cela comporte. On n’est jamais sûr d’y arriver. Cela dépend de l’environnement. D’ailleurs en ce moment, l’environnement…

— Oh, oui, oui, je vois, bien sûr. Dommage… Non, tant pis, je reste sur de l’ancien puisqu’on n’a plus le choix. Mais de qualité, hein ?

— Voilà, monsieur. Sur votre gauche, les cerveaux dits irrigués, vers votre droite les cerveaux dormants.

— Ça par exemple ! Magnifiques, ils sont magnifiques. Mais j’ignorais tout de cette distinction… Ça alors… Remarquez, maintenant que vous le dites, je comprends mieux certaines choses… Mais comment trancher, alors… c’est un véritable casse-tête !

— Hu hu hu, je vois que monsieur a de l’humour. Pour cela rien n’a changé, je vais vous expliquer. Il y a des cerveaux dont le processus est plus lent que d’autres, on les appelle « dormants », ce qui ne présage en rien de la qualité de leur fonctionnement, bien au contraire. Ce sont des cerveaux mûrs, réfléchis. Parfois assoupis, d’où leur nom. Mais c’est aussi un atout ! Ils se comportent différemment des cerveaux irrigués, plus vifs, sans doute plus prompts à la manoeuvre, mais dont il faut avoir l’habitude, car leurs réactions, plus spontanées, sont parfois, et en toute logique, moins prévisibles. Enfin, vous savez cela aussi bien que moi, certainement. Il suffit de regarder autour de nous. Mais au fait, le vôtre m’a l’air parfaitement viable, si j’ose dire, puis-je vous demander pourquoi vous souhaitez en changer si tôt, vous êtes encore jeune…

— Oh, c’est compliqué, il ne faut pas se fier aux apparences. Voyez, depuis pas mal de temps j’ai l’impression de ne plus très bien comprendre ce qui se passe autour de moi, justement. La marche du monde, quoi. Les évènements, les réactions, les gens, tout m’échappe et me nuit et conspire enfin bref. Et alors je ne comprends plus rien. Mais alors rien du tout. Si vous voulez. Pour résumer.

— Bien. Dans ce cas, regardez ces deux panneaux. La crème des crèmes, le nec plus ultra. Les meilleurs encéphales du marché, vous ne trouverez pas mieux. Puisque vous seriez plutôt dans une démarche de remise à niveau, je vous conseille ce modèle en irrigué. Rapidité, pertinence, action. Il ne vous décevra pas. Et vous êtes visiblement un habitué de la fulgurance. Vous avez vu votre capacité à résumer ?

— Heu… D’accord. Écoutez, je vais voir. Et il faut compter combien, pour ce modèle en neuf ?

— Je vous rappelle que c’est un modèle reconditionné ! Vous aviez donc oublié que nous étions spécialisés dans le recyclé ? Monsieur n’a donc plus de cervelle ? ( « Hu hu hu… ») Cet exemplaire est à cinquante mille euros.

— Ah quand même ! C’est une somme. Je pourrai vous le payer en plusieurs fois ? Disons, étalé sur vingt ans ? Et à propos, vous me ferez bien une ristourne, il y a quinze ans je vous avais pris un foie. Parfait, du reste, il fonctionne encore très bien. J’en ai pris grand soin, aussi.

— Le troisième article acheté est à moins vingt pour cent, monsieur. Ne seriez-vous donc pas attiré par l’anticipation ? Un achat prévisionnel ou prospectif, en quelque sorte. En bon père de famille, disons-le, la pratique est courante chez nos anciens clients. Nous avons, toujours en recyclé (« hu hu hu ») d’excellentes gonades, de remarquables estomacs. Vous qui êtes encore jeune, un nouvel intestin vous serait d’une grande utilité. C’est en général par ce tuyau-là qu’arrivent les premiers dérèglements majeurs de l’organisme. Et vous avez bien fumé deux trois petits trucs au bon vieux temps. Ça ne vous tenterait pas de beaux poumons tout neufs ? Enfin, presque… hu hu hu.

— D’accord, d’accord. Je vais en parler autour de moi. Puis-je vous prendre un échantillon de ce cerveau irrigué, là, celui que vous m’avez conseillé tout à l’heure. Inutile de l’emballer, ce sera pour offrir à ma femme. Comme un cadeau prévisionnel. Et aussi, je voulais vous demander, faites-vous des assurances sur le produit ? On ne sait jamais, c’est tout de même relativement fragile, même si l’enveloppe m’a l’air de bonne qualité…

— Monsieur !

— Oui oui, donc, une assurance en cas de bris, de chute, par exemple. On n’est jamais à l’abri d’une mauvaise chute, vous devez le savoir.

— Pas de souci, monsieur. Une de nos filiales suisses, basée au Luxembourg, gère le risque et la prévention par l’intermédiaire d’un courtier belge d’un renom inégalé. Vous pourrez dormir sur vos deux oreilles (« hu hu hu »).

Clichés
centre IRM de Montévrain (77)