Tel épris (cinq textulets d’adieu sans lyrisme excessif)

… « Bons Baisers de la Brie », concluais-je tantôt Un courrier par ces mots à l’amie Qui ne m’avait pas chanté la nuit Mais pour laquelle éprouvais-je pourtant Des sentiments « Et sans doute, continuai-je à l’autre Amie, vous aussi Croyez bien...