Tel épris (cinq textulets d’adieu sans lyrisme excessif)

… « Bons Baisers de la Brie », concluais-je tantôt Un courrier par ces mots à l’amie Qui ne m’avait pas chanté la nuit Mais pour laquelle éprouvais-je pourtant Des sentiments « Et sans doute, continuai-je à l’autre Amie, vous aussi Croyez bien...

Par là-bas si

… Rien. Pas grand chose à dire. Quelques banalités, bonjour bonsoir à l’hypermarché. Ah si, une amie de trente ans (une Malouine pas particulièrement chiraquienne, et moins encore balladurienne, autant qu’il m’en souvienne), avec qui tombé...

Offensive flux

… Échos Au nord, la vigne vierge percluse d’énucléations (cruauté des étourneaux, sauvagerie, tentation des graines d’un rouge trop profond, presque bleu) n’a pas perdu de sa superbe, structure intacte sur les parpaings implacables, prête à...

Trois photos à l’aller, puis trois autres au retour

… – – –  jusqu’à l’arbre perché finement dénudé, ses hôtes buissonnantset de retour en villequelques mots choisis dans le reflet du jour, vous qui venez icimerci, tendresse pour certainset tout ce qui surgit implicitementà cette...

Désordre

… Le matin, chemin faisant parmi les mots survivant à la nuit, lettres de marbre noir incrustées dans la chair ; sur le faux plat chaque jour plus âpre du jardin, arbustes en stuc, jambes de porphyre dans le froid humide(je dois faire vite, car un soleil...