Today I walked

Un dernier voyage étonnant vers la plage en hiver, des gens volets fermés voient la vie en bruit rose… … mais au fond pas de quoi se faire un sang d’encre, les pas perdus reviendront bientôt dessiner leur partition aléatoire sur la frange...

Nocturne et avant

La plupart du temps on ne va nulle part, c’est juste suivre en silence le chemin plausible qui n’offrira la souffrance d’un pas de travers sur une racine en forme de croc-en-jambe, plutôt le plaisir d’un saut de côté dans une lumière incidente comme...

La rouille

Dans le no man’s land de l’entre-deux-dunes derrière la plage, une pinède en rangs aussi bien ordonnés que l’alignement des tables scellées au plancher du restaurant au fond du couloir où, à l’entracte de la marée basse, viendront dîner les...

Le squelette, la lumière et l’humus

Curieusement, dans ces images qui viennent à soi au milieu d’une promenade et dont on choisira plus tard un extrait, ce sentiment d’aller se faire promener, d’aller se faire balader, comme on nous aurait envoyé se faire voir autour de la mer. Il y a...

Contre la montre, tout contre

Qu’y a-t-il donc de si troublant, de si défendu à regarder la mer depuis la côte, sa frontière secrète, indéfendable, son horizon versatile faussement géométrique et son ciel médusé ? S’accordent à son sujet beaucoup de fausses paroles aux mots creux...

La belle américaine

On a vu des films dans les nouveaux couloirs numériques, du temps qui passe à la longue-vue depuis son fauteuil, des trucs pas possibles avec des nouveaux mots, mettre sur pause si besoin, le moins souvent possible, le temps d’aller prendre un verre, donner à manger...

Quelques imprécisions brièvement exprimées

Tiens, il pleut. Ou plutôt, il a plu. Il faut bien (re)commencer par quelque chose. Reprendre sa place dans le trafic. En tout cas c’était au retour de la marée, avec dans le panier quelques praires, trois douzaines à tout casser, fruits de mer absolument...

Un vent léger caresse la falaise

En sortant de l’hôpital de Saint-Lo — il porte le nom sonore de Centre hospitalier Mémorial France – États-Unis — titre qui pourrait susciter une certaine méfiance voire provoquer l’inquiétude, n’étaient le calme et la précision de ses...

Retour à Granville

Où les « petites têtes noires » des Pen Duick d’Éric Tabarly, réunies pour un temps en famille sur le quai du bassin à flot, aimantent le regard par la grâce de leurs courbes parfaites en apesanteur. A-t-on idée d’un plus bel outil de travail ? Un jeune et mince...