Spirales, vers l’oubli et la disparition

Quelquefois le ciel est pur. Le regard aligné sur la Voie lactée, loin des lumières de la ville, la rétine s’acclimate. Des étoiles et quelques planètes de belle magnitude sont les premiers signaux puis se dessinent, lentement, progressivement, les...

Un voyage en pause douce

C’est en rentrant de Paris Une histoire ancienne La rivière est assoupie Ça parle tout bas On traverse le Pont de Bry Les cygnes sont noirs   Puis, le train neuf accélère Rythme mesuré À la fenêtre bercé On voit des maisons Des jardins d’hiver fuyant...

Usage des temps

Les temps lents, lourds, légers des promeneuses et des promeneurs, de leurs humeurs fantômatiques (Ne pas confondre : « Usage du temps » est une admiration de Jean Follain, éparpillée dans l’espace depuis lors) La grève est une valeur travail et son seuil...

André

  Dans les odeurs du marché, André bat le pavé s’en va feuilleter les nuées les envolées l’extra-ordinarité des mots démodés l’eau des années...

Un présentoir adjacent

Dans la librairie-papeterie, première table en entrant sur la droite face au comptoir (la caissière, souriante la plupart du temps est un sosie de Mylène Farmer, et des CD de celle-ci – étant plus célèbre que celle-là – sont en vente 21 euros sur un présentoir...

Le motif qui revient

Il y a, entre les yeux et la photo que l’on regarde, une brume flottante qui n’est que douceur. On ne regarderait pas vraiment la photo, mais une brume venue de loin qui se dérobe et se reforme dans son incessant caprice. La mémoire agit à la façon de...

Par tous les temps

Pour commencer il y aurait eu l’envie, préalablement, de vivre ici, dans cette maison ; le désir vif et inattendu de s’y arrêter à rebours comme cela arrive parfois quand on voyage, depuis la fenêtre d’un TER, quand les voies ferrées pénètrent...

Douceur de l’ustensile

  Douceur de l’ustensile Tendre compas arpenteur de bocaux Confesseur de chairs suaves Alcool, vinaigre, moût Les petites mains de la tentation Dans des parfums rustres et farouches  Froissent la soie des jours qui passent Un silence d’insectes colore...

Comme la sage bernique

Les nuages – ces grands sentimentaux – ont des visages très expressifs, un peu à la manière des araignées domestiques qui profitent de l’automne pour regagner les angles du plafond (Odilon Redon en a saisi quelques-unes), il faut pour bien faire savoir lever la...