La chair du terrain, ses odeurs d’huile végétale à l’intérieur du virage, le soleil en contrejour oblique, les gravillons. Les notes de musique subtiles de la roue libre du vélo que l’on pousse à couple. Les doigts qui chantent sur le guidon tremblant. Une inquiétude légère de se revoir après si longtemps. L’alouette en vol stationnaire comme un jeune cœur qui bat.

C’est tout.

Béla Bartók, Six danses populaires roumaines

par Péter & Zoltán Katona, arr pour 2 guitares

%d blogueurs aiment cette page :