Où les « petites têtes noires » des Pen Duick d’Éric Tabarly, réunies pour un temps en famille sur le quai du bassin à flot, aimantent le regard par la grâce de leurs courbes parfaites en apesanteur. A-t-on idée d’un plus bel outil de travail ? Un jeune et mince équipage, esseulé en quarantaine depuis la veille, sirote des restes de champagne sans doute un peu tiède sous le ciel moutonneux d’une traîne dépressionnaire.

Une des cousines de ma mère, pharmacienne austère de l’hôpital de Quimper mariée avec un antiquaire, stricte, mondaine et très impressionnante, se prénommait Odette. On racontait qu’elle devait son prénom à sa naissance en bordure de l’Odet. Explication simple et satisfaisante qui eut pour mérite de nous la faire considérer divinement, magicienne aquatique évoluant dans un aquarium de faïences.

Un port, quel roman.


%d blogueurs aiment cette page :