En posant une oreille, peu importe laquelle, sur le tronc

d’un arbre

on entend parfois, fruit d’une inattention, les mille pattes d’une iule cogner fort au tympan (un cul-de-sac, pourtant) :

V’là l’printemps ! V’là l’printemps !

De tempétueux nimbus modèrent l’évènement :

Mon œil ! soufflent-ils au passant. Qui des deux a raison ? (sur la joue, une glu empoussiérée et indélébile tire des souvenirs

d’enfance)

La rivière (aux reflets de diamant, souvenir en coup de vent) n’est pas en reste d’aventures échevelées :

tritons, salamandres, les écrevisses même (importées d’Asie ou d’Amérique ? la controverse déchire la presse locale) applaudissent maladroitement aux couleurs retrouvées

De loin, on dirait un bruit de galets qui s’amuseraient à rouler

leur monde

(ici, un piano impressionniste)


%d blogueurs aiment cette page :