« Bons Baisers de la Brie », concluais-je tantôt

Un courrier par ces mots à l’amie

Qui ne m’avait pas chanté la nuit

Mais pour laquelle éprouvais-je pourtant

Des sentiments

« Et sans doute, continuai-je à l’autre

Amie, vous aussi

Croyez bien je vous embrasserais

Sans délai

Si un vent très violent

Ne s’y opposait »

« Enlaçons-nous, écrivis-je à la troisième,

Une dernière fois je vous prie

Je vous aime aussi »

(Un mot de trop, sans doute)

Qui croyait prendre, tel épris

« Il n’y avait que vous, décidément

Croyez-m’en »

Poursuivis-je le soir

Pour une amie belle et Noire

Intempestivement

(Sur le bord du chemin, un esprit

Vient hanter le corps de celui

Qu’il mit bas autrefois :

Fée la vie)

%d blogueurs aiment cette page :