jusqu’à l’arbre perché finement dénudé, ses hôtes buissonnants

et de retour en ville

quelques mots choisis dans le reflet du jour, vous qui venez ici

merci, tendresse pour certains

et tout ce qui surgit implicitement

à cette époque-là

frêle étoffe des riens

sous le ciel réunis

 

 

%d blogueurs aiment cette page :