,

avant Noël sous la villa Sans-Gêne, à l’aplomb, trois femmes en néoprène à la conversation

(douceur sensuelle de l’eau tiédie sous la seconde peau ?)

l’instant ne dure guère plus longtemps que la cuisson d’une grosse poignée de langoustines ou d’une araignée de mer, après quoi deux ou trois vagues longilignes et des paroles en l’air

(l’idée soulèvera la tempête, dans le crâne pas seulement)


(aux passantes et aux passants, tous mes bons vœux, assurément)

%d blogueurs aiment cette page :