Tes cheveux autrefois, les doigts s’y perdent en jouant du tambour, le vent y dessine des rivières

elles caressaient tes muscles, ton dos

La main comme une prière désormais, un frisson parcourt la joue, le cou, tes yeux baissés sur le sable couleur de soie

ridée, tremblement du silence


%d blogueurs aiment cette page :